Communiqué de presse

 

Les fortes tempêtes atlantiques qui se succèdent depuis la mi-janvier ont mis à mal les populations d’oiseaux marins, en particulier les alcidés et notamment les Macareux moines dont les populations nordiques passent l’hiver dans le Golfe de Gascogne. Ce ne sont donc pas les seules populations françaises qui subissent ces pertes , mais c’est toute l’Europe de l’Ouest qui est concernée..

 

Les Centres de l’ UNION  FRANCAISE  DES CENTRES DE SAUVEGARDE  DE  LA  FAUNE  SAUVAGE ( UFCS ) sont particulièrement sollicités depuis plusieurs semaines, avec un pic des accueils durant le week-end des 8 et 9 février. Ce sont 2200 oiseaux qui ont été recueillis au 11 février, dont 615 encore vivants , mais très affaiblis par le manque de nourriture, la grosse mer les empêchant de la trouver. Ces oiseaux sont apportés par des particuliers et des bénévoles de la LPO qui parcourent des plages pour les recueillir, et dans le département des Landes, c’est la Fédération des chasseurs qui, avec l’aide du Conseil général, a organisé la collecte et le transfert vers le centre de sauvegarde qu’elle a créé.

Une faible partie seulement des cadavres est apportée dans les centres, mais la LPO doit se charger de comptabiliser, si possible, tout  ce qui a pu être trouvé. La collaboration des deux associations, en additionnant leurs « récoltes », permettra de se faire une idée plus précise de l’importance de la mortalité de ces oiseaux marins. Il reste à espérer qu’une bonne partie des oiseaux encore vivants puissent être sauvés, afin que les efforts déployés ne l’aient pas été en vain.

 

Bilan global des accueils

dans les centres de sauvegarde

 

Macareux moine

 

Guillemot de Troïl